La volonté d’améliorer favorise-t-elle le succès ? Si le fait de prendre des résolutions est un moyen d’établir un lien avec un état d’esprit de croissance, la croyance que nos capacités augmenteront avec le temps assurera-t-elle le succès ?

succes des entreprises

Les nouveaux départs nous remplissent d’espoir. Au début de l’année, les êtres humains prennent des résolutions. Il pourrait s’agir des choses habituelles – perdre du poids, économiser davantage, lire plus… la liste est longue. Moi aussi, j’ai remarqué une telle tendance dans mes propres résolutions. Mais à part le fait que j’ai fait preuve d’une certaine constance dans la prise de telles résolutions, je n’ai pas toujours fait le suivi nécessaire pour qu’elles se concrétisent. Cette volonté de changer (un jour) permet-elle le succès ? Si le fait de prendre des résolutions est un moyen d’établir un lien avec un état d’esprit de croissance, la croyance que nos capacités augmenteront avec le temps assurera-t-elle le succès ? Que dit la science du talent ? Pas grand-chose, j’en ai peur.

S’appuyer sur la science du talent

La science organisationnelle a presque 100 ans. Il y a beaucoup de recherches qui montrent que près de la moitié de notre personnalité est héréditaire et fixe. Les expériences de “mentalité de croissance” ont été faites principalement sur des enfants au début et il a été observé que l’intelligence change chez les enfants et fluctue le plus pendant l’adolescence et se stabilise ensuite. Ce n’est donc pas en souhaitant simplement qu’elle augmente qu’on y parviendra. Pensez à l’intelligence comme au processeur d’un ordinateur. Avoir un processeur plus rapide rend le chargement des programmes plus rapide. Les logiciels d’aujourd’hui ont besoin de processeurs plus rapides et de beaucoup plus de puissance de calcul. Cela rend les ordinateurs avec des processeurs plus lents inadaptés à plusieurs programmes complexes. L’intelligence humaine est que le processeur et quelqu’un qui est plus intelligent peut saisir des idées complexes plus rapidement que les autres.

C’est pourquoi, lorsque quelqu’un explique la régression multivariée, tout le monde ne la comprendra pas de la même façon. La vitesse du processeur peut aider à expliquer la capacité d’apprendre de nouveaux sujets. Deux personnes ayant une intelligence similaire obtiendront des résultats différents. En plus de l’intelligence, leur motivation, leurs valeurs et leurs préférences détermineront leur succès. Si la tâche implique de travailler avec une grande variété de personnes, une personne ayant de meilleures aptitudes sociales aura plus de succès. Un grand sportif n’a souvent pas autant de succès qu’un entraîneur. Bob Nardelli a été embauché par GE pour diriger Home Depot. Il a échoué à Home Depot parce que ses compétences et son style de travail ne fonctionnaient pas bien dans le contexte de sa nouvelle entreprise.

Une rose ne poussera pas dans le désert, un cactus le fera. La conscience de soi nous aide à nous sentir à l’aise pour faire ces choix.

Le professeur Boris Groysberg a constaté que lorsque des analystes de Wall Street se sont mis au travail pour leur concurrent, ils n’ont pas réussi. Même le succès des collaborateurs individuels dépend des relations avec leurs collègues. Savoir dans quel étang nager peut donc être un facteur important de réussite.

Comment les modes non fondées s’intègrent-elles au courant dominant ?

Il y a trois façons courantes de vous vendre quelque chose comme la prochaine grande vague que vous devez traverser : les publireportages, la recherche commanditée et l’appui des groupes de pairs.

La presse populaire a des publireportages

Il est courant pour les journaux grand public de faire du contenu payant. Les publireportages qui sont intégrés aux nouvelles normales ont tendance à être acceptés si la publication est crédible. L’acteur qui porte une blouse de laboratoire blanche et qui vend un produit cosmétique ou une intervention est un acteur. Soyez donc sceptique et vérifiez les recherches avant d’acheter les conseils. Ne vous mettez pas sous pression et ne vous conformez pas. Cherchez des preuves dans les revues de recherche évaluées par des pairs, et non dans la presse populaire. Clickbait entre dans les globes oculaires et les revenus. Mais elle ne l’emporte pas sur la science. Recherchez les petits caractères qui indiquent (habituellement) que ce que vous lisez a été payé pour apparaître. C’est une publicité faite pour ressembler à du contenu sérieux.

La recherche pour changer l’opinion publique

Demandez qui a parrainé la “recherche” ? Les entreprises financent la recherche pour aider à changer l’opinion publique. Le chocolatier Mars a financé plusieurs “études sur la santé” qui ont tiré des conclusions élogieuses sur le cacao et le chocolat – faisant la promotion de tous les bienfaits des chocolats pour la santé cardiaque et de la capacité du cacao à combattre les maladies.

Tout le monde l’a déjà fait.

Nous avons tendance à adopter rapidement ce que font nos pairs. Si nous lisons qu’une grande entreprise adopte une pratique, cela accélère l’adoption par les autres. Google affirme qu’ils n’embauchent plus de personnes en fonction de leur QI (mesuré par des casse-tête). Étant donné que plus de 80 % des personnes recrutées sur Google sont des personnes issues des meilleures écoles, elles ont déjà éliminé les candidats pour leurs capacités cognitives. Des décennies de recherches quantitatives dans le domaine de la psychologie du personnel ont montré que la ” capacité cognitive générale ” ou QI est le meilleur outil dont disposent les employeurs pour prédire la performance dans des rôles impliquant des tâches cognitives complexes. Embaucher quelqu’un qui n’est pas le meilleur au MIT donnera quand même à Google une personne avec un QI élevé, mais lui permettra aussi d’embaucher pour des compétences générales. La même approche peut ne pas convenir à votre stratégie de gestion des talents.

Trouvez la bonne taille

Choisir sagement, c’est important. Ce n’est pas parce qu’une personne qui n’est pas aussi intelligente que vous est un grand honneur dans une entreprise bien connue n’est pas une preuve que vous réussiriez là aussi. Quelqu’un qui est un employé brillant peut être un mauvais entrepreneur. Ce ne sont pas tous les contributeurs individuels qui seront d’excellents gestionnaires de personnes. Le succès dépend du choix de l’étang dans lequel nager. Il est donc préférable de choisir une profession où la combinaison de vos forces et de vos faiblesses est ce qu’il faut pour créer le succès plutôt que de simplement croire qu’elle le sera.

Aucun trait de caractère n’est un atout dans chaque emploi ou organisation. Être un preneur de risques peut être utile pour un entrepreneur, mais peut être un désastre pour quelqu’un qui gère la sécurité. Même la créativité a un côté sombre. Francesca Gino et Dan Ariely ont montré qu’une personnalité créative et un état d’esprit créatif favorisent la capacité des individus à justifier leurs actions, ce qui, à son tour, conduit à un comportement non éthique. Une personne créative sera un désastre dans un rôle qui exige l’adhésion à un processus. Le fait d’avoir un “état d’esprit de croissance” ne rendra pas la personne conforme.

La personnalité au bon endroit est le talent. La conscience de soi est le point de départ de tout voyage d’un leader. Trouver un rôle adapté à ses forces et à ses faiblesses (OK “opportunité de développement” si j’ai besoin d’être politiquement correct) est ce qui fait le succès, et c’est le plus gros conseil.